Jean-François HUSSON
Professeur associé

Niveau Master
Quadrimestre 2
Objectif

Au terme de l’enseignement, l’étudiant·e sera capable :

  • d’expliquer les grands principaux dispositifs en matière de relations Églises-États ;
  • d’expliquer les principales caractéristiques du dispositif belge en matière de relations Églises-État ;
  • d’expliquer les principales interactions entre une communauté cultuelle locale et les pouvoirs publics ;
  • de résumer la position du culte protestant-évangélique dans le dispositif de relations Églises-État en Belgique et de la comparer avec celle des autres communautés convictionnelles ;
  • de distinguer les diverses situations en matière de reconnaissance légale ;
  • d’identifier les caractéristiques d’une organisation sectaire nuisible.
Contenu
  1. Mise en perspective – Cadre théorique
  2. Cadre européen
  3. Le dispositif belge
  4. Thématiques spécifiques : législation bioéthique, signes religieux, etc.                                                                                                      
  5. Nouveaux mouvements religieux, sectes et « organisations sectaires nuisibles »
Biblio.  
  • BASDEVANT-GAUDEMET, B., L’administration des cultes dans les pays de l’Union européenne. Leuven, Peeters, 2008.
  • BAUBEROT, J., et MILOT, M., Laïcités sans frontières. Paris, Seuil, 2011.
  • CABIAUX, D., WIBRIN, F., ABEDINAJ, L., et BLESIN, L., (éd), Neutralité et faits religieux : Quelles interactions dans les services publics ?, Louvain-La-Neuve, Acade-mia, 2014.
  • HUSSON, J.F., Le financement des cultes et de la laïcité, Namur, Éditions namuroises, 2005.
  • SÄGESSER, C., et de COOREBYTER, V., « Cultes et laïcité en Belgique ». Dossier du CRISP, nᵒ 51 (2000): 1‑36.
Forme           

Cours magistral et tra

Validation     

Cours magistral et travaux écrits

Valeur

3 ECTS


Tarif dégressif pour inscription à plusieurs « courts ouverts » (voir lien en bas de page)